Quantica, quantification du carbone stocké

Quantica

Arme de lutte contre le changement climatique et marché en plein développement, le stockage additionnel de carbone dans les sols nécessite d’être évalué précisément.

Genèse du projet

Le stockage additionnel de carbone dans les sols nécessitant d’être évalué précisément, des modèles sont nécessaires. L’évolution des stocks de carbone dans les sols est trop lente pour être simplement mesurée par des analyses chimiques et nécessite aujourd’hui de fastidieuses pesées de biomasse. Et s’il était possible de s’en affranchir grâce aux données satellites ?
Le projet Quantica (Quantification du Carbone Additionnel stocké dans les sols) vise la validation d’un outil couplant des modèles plante-sol et la télédétection pour quantifier, à la parcelle, le stockage additionnel de carbone induit par les cultures intermédiaires dans un souci de plus juste rémunération des agriculteurs s’engageant dans ces pratiques. L’outil est co-construit avec les acteurs de la chaîne de valeur de l’agriculture et testé en Occitanie pour prototyper les futurs services.

Lors du lancement de l’Open lab, la thématique de l’approche carbone et celle de la gestion des données ont été identifiées comme des axes de travail qui pourraient être abordés dans OccitANum.

Quantica est issu d’une demande portée par des entreprises (Airbus DS GEO notamment) et un laboratoire de recherche le CESBIO qui travaille depuis plusieurs années sur le territoire de l’Open Lab.

Quantica s’est appuyé sur les 5 dimensions d’Occitanum pour faire mûrir le projet notamment l’innovation ouverte au travers de l’approche living lab. Cette approche living lab est mobilisée pour envisager en situation réelle la façon de recueillir les données issues de multiples sources : Airbus (images satellites), Cesbio (interprétation agronomique des images), ARVALIS (modèles agronomiques), et les informations fournies par les agriculteurs mobilisés par la Chambre d'agriculture (GIEE de l'Astarac).

E2L consulting assure l’animation du projet Quantica qui a trouvé via le SCO un cadre de financement.

Comment Quantica intègre les 5 dimensions d’OccitANum ?

 

logo dimension AE

 

Au-delà de la contribution au « marché carbone » le projet Quantica s’inscrit dans l’ambition de proposer un cadre réaliste aux agriculteurs pour opérer la transition agro écologique de leurs pratiques.

QUANTICA approfondit spécifiquement la séquestration du carbone par les cultures intermédiaires car il fonde l’hypothèse que l’objectivation du bilan carbone de ces cultures particulières peut être un critère incitatif au développement des couverts intermédiaires.

logo dimension numérique

Usage de la télédétection spatiale :

Les initiateurs du projet Quantica, Airbus DS, CESBIO et Arvalis proposent une évolution de la méthode d’appréciation du carbone séquestré en utilisant la télédétection spatiale. C’est une première étape qui fournira les bases à une estimation annuelle/pluriannuelle des bilans carbone des parcelles de grandes cultures (intégrant non seulement l’effet des couverts végétaux intermédiaires mais aussi des types de cultures et leurs modes de gestion).

Évolution des pratiques des agriculteurs concernant la mise à disposition de données

Passer de services qui servent à contrôler la conformité des pratiques à l’apport d’informations vers des outils de conseil ou d’aide à la décision .

 

logo dimension multipartenariat

Il est particulièrement riche dans Quantica :

  • Acteurs des services (MesParcelles, Airbus DS GEO),
  • Scientifiques (CESBIO, INRAE, ARVALIS)
  • Agriculteurs (Volontaires du GIEE de l'Astarac)

 

logo dimension lien au territoire

L’Open Lab animé par la Chambre d'Agriculture du Gers prolonge des initiatives très ancrées dans le territoire, des collaborations avec des collectivités territoriales en articulant les initiatives des agriculteurs à des orientations de transition à l’œuvre dans les territoires.

E2L (Animateur du projet) prévoit dans l’animation du projet un temps de présentation des résultats vers les collectivités qui portent des PCAET.

 

dimension innovation ouverte

Des parties prenantes engagées dans la mise en œuvre du projet.(Airbus, CESBIO, ARVALIS GIEE ASTARAC)

L’inscription du projet dans une situation réelle le déploiement de l’offre label bas carbone et l’évolution de l’offre Mes Parcelles.

Une démarche guidée par les attentes des utilisateurs finaux : Une motivation du GIEE ASTARAC pour utiliser les résultats de Quantica vers l’expérimentation de la compensation, carbone territoriale.

Description du projet

Le projet QUANTICA a pour enjeux de quantifier biomasse et stockage additionnel de carbone induit par les couverts végétaux intermédiaires à l’échelle de la parcelle agricole.

L'objectif est donc de produire un outil capable de quantifier, à la parcelle, le stockage additionnel de carbone induit par les cultures intermédiaires. À cette fin, l’outil couple plusieurs modèles plante-sol avec de la télédétection par satellite. Les satellites mesurent la surface foliaire en direct et en tout point.

Quant aux modèles, ils permettent de convertir cette donnée en biomasse puis en carbone apporté au sol et enfin en carbone stocké dans le sol. Afin de valider les estimations des modèles, les résultats sont confrontés aux données mesurées sur le terrain.

À terme, l’objectif est que les agriculteurs puissent accéder au prototype via un portail web. Évidemment, son utilisation requiert à la fois de fournir certaines données (espèces, dates de semis et destruction, type de sol, etc.) et de consentir à leur utilisation. In fine, l’outil pourra être interopérable avec des logiciels de gestion agricole.

L’outil vise les coopératives, les entreprises de certification environnementale, les acteurs de la chaîne agricole pour permettre la juste rémunération des agriculteurs s’engageant dans des pratiques agricoles de stockage de carbone. Il sera testé à l’échelle du territoire Occitanie en vue de prototyper de futurs services opérationnels.

Les parties prenantes impliquées dans le projet :  

1/ Acteurs des services (MesParcellesAirbus DS GEO), 

2/ Scientifiques (CESBIOINRAEARVALIS

3/ Agriculteurs (Volontaires du GIEE de l'Astarac)  

4/Les relais de diffusion (Chambre d'agriculture du Gers)

5/ Les animateurs du projet (E2L consulting) 

Résultats visés, produits issus du projet

Pour les agriculteurs impliqués :

À l’issue du projet QUANTICA, la communauté participant au projet bénéficiera d’un accès gratuit, via un portail THEIA dédié :

  • au bilan carbone des grandes cultures,
  • au prototype d’outil de quantification du stockage de carbone induit par les couverts végétaux intermédiaires,
  • aux jeux de données nécessaires pour permettre à ceux qui le souhaitent la réalisation de test.

À cet effet, un guide méthodologique décrivant le couplage des variables biophysiques caractérisant les cultures et les cultures intermédiaires (observations satellitaires via l’outil Crop Analytics) avec les modèles de croissance des cultures (SAFYE-CO2) et de sol (AMG) pour le calcul du carbone additionnel stocké par les cultures intermédiaires sera mis à disposition des acteurs.

Pour les partenaires potentiels opérateurs de services :

Afin de permettre aux acteurs économiques de déployer des services à partir de l’apport du projet Quantica, il sera également communiqué un mémoire pour le design de 3 services complémentaires :

  • Enseignement et prescription pour faciliter l’apport d’information par les agriculteurs

(retour d’expériences API MesParcelles de la chambre d'agriculture France),

  • Conditions pour une interopérabilité opérationnelle entre FMIS et service ACEO
  • Maquette d’une interface significative pour les agriculteurs dans un contexte de valorisation de la pratique : label bas Carbone, PAC, marché de la compensation carbone.

Ce projet trouve un financement dans le cadre du programme SCO :

SCO

Le SCO France a pour vocation de rassembler la communauté scientifique, les autorités publiques et les entreprises autour de solutions d’atténuation et d’adaptation aux impacts du changement climatique. Grâce à son action « locomotive » à l’échelle française, le SCO est devenu un acteur majeur dans le domaine des initiatives s’adossant sur les données satellites pour contribuer à l’effort climatique. Le SCO a confié au Centre National d’Études Spatiales (CNES) la mise en œuvre du SCO en France. Il finance et labelise des projets sur différentes thématiques.

Le SCO  Le CNES 

Pour plus d’infos :

  • Lien bulletin d’information

https://www.spaceclimateobservatory.org/sites/default/files/2022-11/Quantica%20-%20BL%201_0.pdf

Contact

Date de modification : 26 octobre 2023 | Date de création : 08 novembre 2022 | Rédaction : Animation projet